En attendant Gasser

Madeleine et Léonie # 36

Gasser - Mad et Léo

PIÈCE EN UN ACTE
Madeleine, Léonie, Solair, Dodo


LÉONIE. – On se les gèle.
MADELEINE. – On se les pèle.
LÉONIE. – Je ne comprends pas. On est bien au printemps, non ?
MADELEINE. – (elle fredonne)

Voici le mois de mai où les fleurs volent au vent
Où les fleurs volent au vent si jolie mignonne…

Lire la suite

Une mélodie hors du temps

Madeleine et Léonie # 35

Longtemps Ciboulette d’Algouvres avait nourri le désir de s’installer en province, aux portes du Morvan, plus précisément au Creusot, ancienne cité industrielle désormais accessible depuis la capitale en une heure et vingt minutes, grâce aux performances prodigieuses du TGV – Temps à Grande Vitesse. Paris était devenue une ville aux contours douloureux, gris, irrespirables comme une toile de Jean Dufy qui aurait perdu tous ses pigments.

[Pour votre confort de lecture, la suite à lire via le lien ci-après.]

Une mélodie hors du temps – Andrea Couturet (04 2019)

Big Bang. Madeleine et Léonie # 34

Madeleine

 

 

 

– (in petto) « Ils avaient pensé avec quelque raison qu’il n’est pas de punition plus terrible que le travail inutile et sans espoir« .

 

 

Léonie

 

 

Quels crétins, ces humains. Le bordel qui règne sur la planète ne leur suffit pas, désormais l’espace est devenu un vrai bric-à-broc. C’est bien beau d’envoyer des sondes, des satellites et autres objets mi-cariens mi-robolants dans l’espace…

– (même jeu) « Si ce mythe est tragique, c’est que son héros est conscient. Où serait en effet sa peine, si à chaque pas l’espoir de réussir le soutenait ? » (S’adressant à Léonie). Oh, tu pourrais lire ou chanter in petto, que diable !

– Tu me fatigues avec tes antiennes !

– (même jeu) « Les mythes sont faits pour que l’imagination les anime« .

Lire la suite

Anastomorose. Madeleine et Léonie # 33

« Au plus épais de ta nuit
armée de blancs desseins
l’aube point

Du phosphore de tes rêves
la lumière fait
l’appoint

Touché-coulé
tu sombres dans l’éveil
vertige ascensionnel où point à point ton corps
retrace contre toi
la mémoire maudite de la gravité

Lire la suite

Anastomorphose. Madeleine et Léonie # 32

« (…) Le point est bien réel. S’il ne tient pas dans la main, il se laisse toucher, caresser. Base de la trame et de la texture, figure fondamentale de la couture et de la suture, il fait tenir les pans du vêtement et les lèvres de la plaie, alternant l’ouvert et le clos pour y tresser le plus intime du pli. C’est lui qui donne sa rigueur à la laine, sa douceur à la soie et son intelligibilité au braille. En vérité, toute matière n’est qu’une somme de points, cellules ou particules ; et sans doute, au début, il y eut un point, d’où vint tout le reste, rien qu’un point, ce minimum de la présence : le sujet qui perce sur un fond ».

Joséphine Lanesem, extrait de Mise au point, Revue Artichaut n° 3, juin 2018 (Son blog, ici)

Lire la suite

Silence ! Madeleine et Lėonie # 31

[La scène se passe dans le jardin bio de Monsieur et Madame Mimi-Solapin. Léonie a obtenu de leur bienveillance l’autorisation de tourner une séquence inédite, en présence d’un invité exceptionnel qu’elle a pour mission d’interroger. Avant de prendre l’antenne, Léonie s’adonne à quelques exercices de diction, tout en cultivant l’art du bien manger et du bien boire… jusqu’à ce que Madeleine vienne l’interrompre dans son élan. La suite à écouter sur la bande-son… ou à lire plus bas… Il est précisé que pour apprécier ce qui suit, il est recommandé de se rendre ici]. Lire la suite

Le corbeau de Vancouver. Agenda ironique, 08-2018

Préambule
L’Agenda ironique, ce mois-ci, est placé sous l’égide d’André (pas fait exprès), à travers un hommage rendu au poète Marcel Thiry. « Le thème sera le titre de son recueil de poésie, titre et premier vers de son premier poème paru en 1924 : “Toi qui pâlis au nom de Vancouver.”
Les mots imposés ont été tirés au hasard dans le même recueil : paradis, accordéoniste, suave, Alfa Romeo, février, accord et civil. »

Le corbeau de Vancouver. Madeleine et Léonie # 30
Agenda ironique, août 2018

LÉONIE. – [elle se racle la gorge]

Sur le trottoir indigo
un jeune soldat, sage,
dort dans les choux-fleurs

[fièrement] Et voilà le travail !

Lire la suite