Le Renard et les Raisins, fresque murale # 3

Le Renard et les Raisins

Illustration de la fable Le Renard et les Raisins
Jean de La Fontaine
Fresque murale (Sèvres, Hauts-de-Seine)

Capture Certain Raisin Gascon, d’autres disent Normand
(Ce cépage voué aux vendanges tardives,
ne connait pas vraiment le soleil des Maldives),
Mourant presque de froid vit du haut de sa treille
un Renard trottant par les champs,
Couvert d’une fourrure vermeille.

Il en eût fait volontiers pelisse contre le froid ;
Mais comme, cloué sur l’échalas,
le chasselas n’y pouvait atteindre :
« Je suis assez couvert, dit-il, et bon pour les frimas. »
Fit-il pas mieux que de se plaindre ?  Capture 2

Lire la suite

Marcel Proust # 8

« L’œuvre de Sainte-Beuve n’est pas une œuvre profonde. La fameuse méthode, qui en fait (…) le maître inégalable de la critique du XIXe, cette méthode, qui consiste à ne pas séparer l’homme et l’œuvre, à considérer qu’il n’est pas indifférent pour juger l’auteur d’un livre, si ce livre n’est pas un «  traité de géométrie pure  », d’avoir d’abord répondu aux questions qui paraissaient les plus étrangères à son œuvre (comment se comportait-il, etc.), à s’entourer de tous les renseignements possibles sur un écrivain, à collationner ses correspondances, à interroger les hommes qui l’ont connu, en causant avec eux s’ils vivent encore, en lisant ce qu’ils ont pu écrire sur lui s’ils sont morts, cette méthode méconnaît ce qu’une fréquentation un peu profonde avec nous-mêmes nous apprend  : qu’un livre est le produit d’un autre moi que celui que nous manifestons dans nos habitudes, dans la société, dans nos vices. Ce moi-là, si nous voulons essayer de le comprendre, c’est au fond de nous-mêmes, en essayant de le recréer en nous, que nous pouvons y parvenir. Lire la suite

William Fryer Harvey (1885 – 1937)

Capture Chaleur d’août

PHENISTON ROAD, CLAPHAM
20 août 190…

Je viens de vivre ce que je crois être le jour le plus remarquable de ma vie ; et je veux écrire ces événements pendant qu’ils sont encore frais dans ma mémoire. Je me nomme James Clarence Withencroft, quarante ans et je jouis d’une excellente santé.  Pour subvenir à mes besoins, je dessine. Ce matin, la chaleur est étouffante. Je pris mon petit déjeuner ; puis ayant allumé ma pipe, j’ai laissé mon esprit vagabonder avec l’espoir qu’il me suggérerait quelque sujet à inspirer mon crayon. Au bout d’un moment,  je m’abandonnai au dessin. Lire la suite

Bérénice, Alice et Olivier

Il s’appelle LouisOlivier Louis et « pratique la reliure depuis trente ans, en amateur ».

Depuis 2015, sur son blog, il expose les reliures qu’il a réalisées au cours de toutes ces années. Mais pas seulement. Dans ses articles, il prend le temps d’expliquer avec soin et renfort de photographies le processus de fabrication d’un livre relié, lequel processus compte une série d’étapes dont vous ne pouvez imaginer le nombre ! Et je ne parle pas de reliure courante mais de reliure d’art. Lire la suite

I-grec

Ce matin, péniblement, je monte la petite côte qui mène à la gare. Bientôt, ma progression est empêchée par la présence d’une jeune fille, figée sur le trottoir – très étroit le trottoir. « Pardon ». Rien ne se passe. Je hausse légèrement la voix (il paraît que je parle doucement – ce que je confirme). « Mademoiselle, excusez-moi« . Aucune réaction. Lire la suite