Autrement. Madeleine et Léonie # 29

Pour Carnets Paresseux  et son Vilain petit caillou

WP 1WP 2

 

 

Capture

 

 

Qu’est-ce qu’elle fout,

mais qu’est-ce qu’elle fout,

bon sang de bois !

 

 

[Vingt-cinq minutes plus tard]Image 11-3.jpeg

 

– Pourquoi as-tu quitté le petit chemin pour t’enfoncer ainsi dans la forêt ?
– Tous les chemins qui sentent la noisette mènent à La Pommeraie.
– Et pourquoi n’admets-tu pas que tu fais fausse route ?
Soleil en août, pâté en croûte.
– Sauf que Carnets Paresseux n’a jamais parlé d’escalier ni d’espalier mais d’un verger et d’un petit…
– Et toi, bonne fille, tu prends pour argent comptant ses histoires à dormir debout. Crois-moi, en ses Carnets sommeille une parole sans queue ni tête.
– Qu’est-ce que tu peux dire comme c… Dieu merci, personne ne t’entend.
– [à part] Bécasse.

WP - Image 2

– Cette forêt est d’une bienveillante étrangeté, non ?
– Évidemment, c’est une forêt numérique en carton pâte.
– Une « garniture », une « fantaisie » comme dirait Carnets. J’aimerais bien y croiser une Licorne ou un Centaure.
– Et toute la clique d’Harry Potter ? Pourquoi pas un accenteur mouchet, pendant que tu y es [elle éternue bruyamment].
– Inutile de monter sur tes ergottes.
– On cherche quoi, déjà ? Des escargottes ou des cocottes ?

WP 5

– Mauvaise pioche. On cherche sept petits cailloux, une poule et un caillou devenu poulet.
En résumé, sept boules de cristal de roche, un e-loup et un lapin blanc devenu dodo ?
– Ce petit pont de bois ne me dit rien qui vaille.
Devenir dodo… Quelle blague ! Plutôt crever.
– Tu en as peut-être le potentiel.

« C’est donc ça le destin d’un caillou ? Un jour, s’effriter, s’émietter pour laisser sortir ce qui dort en nous ? (…) Est-ce qu’au-moins on peut choisir ce qu’on devient ? Si c’est possible, je me verrais plutôt en poule qu’en pomme. (…) Si on doit changer, en se concentrant vraiment fort, on pourrait devenir des pierres précieuses. Ou, plutôt, des dragons ? Là, c’est nous qui effraierions aussi bien les nains que les enfants perdus ! » (1)

– Pff… Et dire qu’il n’a jamais tenu sa promesse.
– Ralentis la cadence, tu veux. De quoi parles-tu ? Tu passes du coq à l’âne en permanence !
Je n’ai jamais vu la couleur ni perçu l’odeur du merle farci aux cèpes. Quel baratineur, ce Paresseux – affligeant.
– Prends le sentier, sur la gauche… Et cesse de juper (2) ! Tu vas faire escamper (3) tous les habitants de la forêt !
– Ben justement. Elle aurait quand même pu créer des gifs, l’aut’e zigue.
– ???
– Bah oui, les images s’y prêtent bien. Mais nan, elle sait-pas-faire, comme elle dit – consternant.
– Les gifs, ça pique les yeux. Bon, reste concentrée. Il faut absolument rebrousser chemin et trouver nos amis.
– NOS amis ??? Quels amis ? Des cailloux et des poulets – sinistre !

[Deux heures plus tard]

WP 6

– Flûte, j’avais fini par oublier cette épouvantable chaleur. Je pense que nous ne sommes plus très loin.
Tiens, quand on parle du loup… Comment ça va, mon lapin ?

[Suivies du lapin blanc (ce qu’elles ignorent), Madeleine et Léonie poursuivent leur chemin sous un soleil de plomb. Le lapin blanc finit par les devancer jusqu’au moment où…]

Léo et Dodo

– AAAHHH ! La lapin blanc s’est transformé en dodo !!! AAAHHH !!! Soleil en croûte, pâté en août !!! Tous aux abris ! Mais, mais, c’est quoi ça ??? Ma rose ! La rose rose de mon chapeau ! Mon dieu ! Nooonnn ! JE NE VEUX PAS DEVENIR CÉDRIC VILLANI ! Je hais LA mathématique. Argh ! je parle comme lui ! A l’aide ! AU DIABLE CES FICHUS CAILLOUX QUI N’EXISTENT PAS ! Tout cela n’est que fariboles et carabis… [elle avait à peu près cette tête-là avant qu’elle ne s’effondre tel un château de cartes. Pendant ce temps-là…]

Madeleine Dodo Verger

Cornette ? Euh… Carnette ? Monsieur Carnets, c’est vous ?! C’est bien vous ? Je… Quelle bonne nouvelle ! Bonjour. [ah, ah ! ma petite Madeleine est quelque peu troublée]. Je… Léonie ? Oh, rassurez-vous, elle est née en mars sous le signe du Lièvre. Elle sera sur pied dans quelques minutes. Voyez-vous… Je… Comment dire ? [diantre, elle bafouille mais se reprend très viteMais que faites-vous ici ? Figurez-vous que nous sommes parties à la recherche des sept petits cailloux. Je pense en effet qu’ils ont beaucoup à nous apprendre. Et euh… Cela fait des heures que nous marchons et… Vous savez quoi ? Votre texte m’a fait penser à un autre poète. Euh… Je cite de mémoire :

« Je propose à chacun l’ouverture de trappes intérieures, un voyage dans l’épaisseur des choses, une invasion de qualités, une révolution ou une subversion comparable à celle qu’opère la charrue ou la pelle, lorsque, tout à coup et pour la première fois, sont mises au jour des millions de parcelles, de paillettes, de racines, de vers et de petites bêtes jusqu’alors enfouies. Ô ressources infinies de l’épaisseur des choses, rendues par les ressources infinies de l’épaisseur sémantique des mots ! » ». (4)

[un temps] Dites-moi… Pour en revenir aux petits cailloux, ils vivent tout près d’ici, n’est-ce-pas ? Pourriez-vous me donner un indice ou…
– Psst, Madeleine.
Qui me parle ?
– Madeleine, c’est moi, Andrea.
– [chiffonnée] Mais enfin, comment oses-tu interrompre une conversation de la plus haute importance… Tu vois bien que…
– Chut ! Il est tard. Allez, viens. Viens faire dodo.


(1) Le vilain petit caillou, Jérôme Decoux, in Rencontrer l’autre et devenir soi, Mémoire d’Encrier, 2018
(2) Juper, crier (Merci l’Écrevisse !)
(3) Escamper, fuir (idem !)
(4) Introduction au Galet, Francis PongeLe parti pris des choses, Gallimard, 1942 (collection Poésie-Gallimard, 1996, page 176)

Pour tout savoir sur le très beau recueil de nouvelles Rencontrer l’autre et devenir soi, c’est ici ! Il « n’est pas distribué en librairie mais on peut le commander (12 euros et 3,70 de frais de port) en contactant l’Iram à l’adresse suivante : iram@iram-fr.org. »

Source des photos de paysage et d’animaux (vautour, papillon, écureuil, accenteur mouchet, merle noir, lapin et araignée) : pixabay.com
Le Dodo ? C’est l’avatar du Dodo, pardi !
Texte, photo-montage et prise de tête © andrea couturet
Août 2018

20 réactions sur “Autrement. Madeleine et Léonie # 29

  1. Ben merci, dit le dodo ; moi non plus je ne veux pas devenir, au grand jamais, Cédric Villani !!!
    Double merci, dit Jérôme. Il ajoute, confus : Oups, j’essaie de rattraper la bévue du merle farci promis et non tenu 😦

    ps : les petits cailloux sont là ousque le petit Poucet les posa. pile.

    Aimé par 1 personne

    • 😉
      De toute façon, ce périple improbable était voué à l’échec. Comme me l’a confié l’Ecrevisse, Guillaume Telle protège trop bien ses petits cailloux !

      Et ne soyez pas confus ! Laissez donc Léonie dans son délire ! 🙃

      J'aime

  2. Très heureuse de retrouver nos deux commères !
    Bravo pour la mise en scène. J’aime bien ce genre de conte. Tu es sur la bonne voie …
    Très grosses bises à ma « conteuse » préférée !

    Aimé par 1 personne

  3. Art et Manière… bel art, belle manière de mettre en lumière une histoire déplumée de merle farci aux petits [pois] cailloux…. Madeleine et Léonie savent à merveille relayer les contes de Jérôme Decoux. Art, Manière et Merveille. Il fallait tout cela pour dire l’exquis d’un imaginaire que j’aime beaucoup !

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s