Nouvelles

Un clin d’œil à la parution du premier recueil de nouvelles d’Hervé Gasser,

Trois nouvelles de la bibliothèque, Éditions La Baraque de Chantier, 2021.

Dernière minute. Initialement, cet article devait paraître le 19 mai prochain (d’où la réplique de Léonie : « On respire »). Or, je découvre à l’instant le nouveau texte d’Hervé Gasser daté du 7 mai, intitulé « Bonne nouvelle – ding » (je vais prendre le temps de le lire en entier…). Tant pis, je publie tel quel mon article désormais de guingois. Synchronicité labyrinthique ?

Poésie sonore – 2

[Papier_à_motif_répétitif]___[...]_btv1b69015190

Il n’est pas aisé de trouver dans l’oeuvre d’Hervé Gasser un texte qui respire la légèreté, la gaieté. Pourtant, en remuant un peu la terre – fertile, la terre – j’ai découvert Un artiste et Quatre saisons. Mais, ce sont des chansons.

Aussi m’a-t-il proposé deux autres textes, Un court poème sur la lumière et Porcelaine, « qui sont deux poèmes de lumière et d’espoir. Le premier évoque sa fragilité mais aussi sa profondeur par les nuances de blanc ; le second une libération intérieure, lointainement inspirée d’une nouvelle de Borges, L’Écriture du dieu, où un sage trouve dans les taches d’un léopard un alphabet divin » m’a-t-il précisé avec générosité.

Ces poèmes sonores rejoindront donc le bouquet sonore de Lucie destiné aux résidents des EHPAD et, après Joséphine, je remercie vivement Hervé d’avoir bien voulu participer à ce projet.

 

 

Illustration Papier à motif répétitif. Papier peint. 1799
gallica.bnf.fr

En attendant Gasser

Madeleine et Léonie # 36

Gasser - Mad et Léo

PIÈCE EN UN ACTE
Madeleine, Léonie, Solair, Dodo


LÉONIE. – On se les gèle.
MADELEINE. – On se les pèle.
LÉONIE. – Je ne comprends pas. On est bien au printemps, non ?
MADELEINE. – (elle fredonne)

Voici le mois de mai où les fleurs volent au vent
Où les fleurs volent au vent si jolie mignonne…

Lire la suite

Décollage. Madeleine et Léonie #24

Pour Hervé Gasser
L’Homme-oiseau qui fait des collages (mais-pas-que-et-tant-mieux)

– Oh, mais je vois qu’on ne se refuse rien ! Après le costume madras, une robe de Franck Depoilly !
– Un DANDY PAS COMME LES AUTRES qui réalise des merveilles à partir d’un COCON DE PAPIER.
– Inénarrable, cette robe. A mon sens, tu devrais t’en séparer illico – à la manière de Mademoiselle Mouton-Perrat Guibrunet, par exemplece serait d’un chic ! Tu manques de souplesse et de grâce mais crois-moi, ce serait plus prudent. Je te rappelle qu’au-delà de Fahrenheit 451, le papier…
– Cette robe est ignifugée, espèce de feu follet racorni.

Lire la suite