Giacomo Leopardi

L’Infini

Toujours chère me fut cette colline
Solitaire, et chère cette haie
Qui refuse au regard tant de l’ultime
Horizon de ce monde. Mais je m’assieds,
Je laisse aller mes yeux, je façonne, en esprit,
Des espaces sans fin au-delà d’elle,
Des silences aussi, comme l’humain en nous
N’en connaît pas, et c’est une quiétude Lire la suite

Alain Prochiantz

« Pour reprendre une formule ancienne, sapiens est « anature par nature » [*], ce qui veut dire que c’est à la suite de son évolution biologique, donc naturelle, qu’il a subi une transition violente qui l’a pour ainsi dire « sorti de la nature ». Bref, nous sommes « entrés dans la clairière » [**] et il n’y pas de marche arrière. Sapiens est un animal tragique, comme individu conscient de sa finitude et aussi comme espèce dont la finitude est aussi certaine. J’y reviendrai, pas avant cependant d’avoir donné les clés biologiques (pas toutes certainement, faute de toutes les connaître ou de toutes les comprendre) de ce changement de phase brutal et irréversible. (…)  Lire la suite