« Barque », détail

Sur les eaux de l’éveil,
l’étoffe d’un couple,
de poussière drapé, de poussière conçu, gris de noble poussière.

Sur les eaux de l’éveil,
la grâce du geste épouse la ligne courbe des corps,
méandres de terre en sommeil, où l’érosion n’a pas de prise.

Sur les eaux de l’éveil,
et sous le joug d’une pose amoureuse,
une main en instance de douceur apprivoise les craquelures d’une barque.

Sur les eaux de l’éveil,
la main de l’artiste surveille de loin en loin
l’éclosion de la terre, sa mouvance, le devenir de ses caresses.

Sur les eaux de l’éveil,
en vogue et aux aguets,
la nudité des vagues prend soin de ces deux êtres, à la dérive…

Sur les eaux de l’éveil,
de la retenue d’une étreinte à la pointe aiguisée d’un sein,
sous un tissu parcheminé de boue, scintille la vie même – et rien qu’elle.

Janvier 1993

Note. Ce texte de jeunesse tente de traduire une émotion ressentie devant une oeuvre du mémorable sculpteur Georges Jeanclos (1933-1997).
Georges Jeanclos (1933 - 1997)

Georges Jeanclos, Barque, 1989. Terre-cuite, 30 x 48 x 24 cm.

Une réaction sur “« Barque », détail

Les commentaires sont fermés.