Fernando Pessoa ~ 3

Pour Frog

Dans sa participation lumineuse à l’Agenda Ironique de janvier, Frog a cité le « merveilleux Fernando Pessoa« , à travers un poème tiré du recueil Le Gardeur de troupeaux et les autres poèmes d’Alberto Caeiro.

Elle m’a donné l’idée de redonner la parole au grand poète-écrivain.

« Je ne suis rien.
Je ne serai jamais rien.
Je ne peux vouloir être rien.
A part ça, je porte en moi tous les rêves du monde.

(…)

J’ai vécu, j’ai étudié, j’ai aimé, j’ai même cru,
Et il n’est pas de mendiant aujourd’hui que je n’envie
Pour la seule raison qu’il n’est pas moi.
Je regarde chez tous les haillons, les plaies et le mensonge,
Et je pense : peut-être n’as-tu jamais vécu, ni étudié, ni aimé, ni cru
(On peut rendre tout ça réel, sans rien faire de tout ça) ;
Peut-être n’as-tu qu’à peine existé, comme un lézard dont on a coupé la queue,
Et la queue du lézard continue d’agiter.
J’ai fait de moi ce que je ne savais pas,
Et ce que je pouvais faire de moi, je ne l’ai pas fait.
Le domino que j’ai mis n’était pas le bon.
On m’a tout de suite pris pour qui je n’étais pas, je n’ai pas démenti, je me suis perdu.
Quand j’ai voulu arracher le masque,
Il me collait au visage.
Quand je l’ai retiré, je me suis regardé dans la glace,
J’avais déjà vieilli.
J’étais saoul à ne plus savoir enfiler le domino que je n’avais pas enlevé.
J’ai jeté le masque et j’ai couché au vestiaire
Comme un chien toléré par la direction
Parce qu’il est inoffensif
Et je vais écrire cette histoire pour prouver que je suis sublime. »

Bureau de Tabac, Fernando Pessoa, Editions Unes, 1993, Traduction Rémy Hourcade

3 réactions sur “Fernando Pessoa ~ 3

  1. Andrea, je ne peux vous remercier assez pour ce passage de Pessoa. Je le lis. Je le relis. Les mots me manquent. Si je n’étais pas vaine, ou si confuse, je cesserais d’essayer de dire ce qui de toute évidence a déjà été dit, et de la façon que cela devait être dit. Merci.

    Aimé par 2 personnes

Les commentaires sont fermés.