Guy Goffette

« Sans parler les enfants savent
penchés sur la terre ouverte
qu’ils portent en eux un autre monde
Le temps n’est pas encore venu
de sa naissance
Ils sont patients
L’éboulement des châteaux
est dans l’ordre du projet
Le grain de sable travaille
l’immense immobile

Depuis des siècles dans
le bruit et la poussière
ils écrivent sur le ciel
la première lettre de leur nom
l’effacent chaque jour
et la recommencent plus grande
pour que nous puissions lire enfin
bleu sur bleu
comme tous les aveugles
le cœur brûlant du monde »

Solo d’ombres, Guy Goffette, Editions Ipomée, 1983

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s