Sidonie

Une jeune fille dans la rue. Jeans usé, déchiré aux genoux. La classe absolue. Lorsque je croise des genoux ouverts ainsi sur… – sur quoi, en somme, je n’en ai aucune idée -, j’ai toujours cette envie impérieuse d’y dessiner deux gros points noirs, de grands yeux interdits, ébahis voire ahuris mais je ne me balade jamais avec mon Posca noir, dommage. Donc, ce Jeans très tendance. Sac à dos d’ado passablement décomposé – pour ne pas dire moisi. 

Et puis, cette chose sur la tête… assez improbable mais gracieuse, d’un autre temps… Un carré de coton, bandana, foulard ou fichu, qui me rappelle quelqu’un…

Tout à coup, un enfant d’environ cinq ans pointe du doigt la jeune fille, se tourne fièrement vers ses parents et s’exclame : Oh ! Un pirate !

Sidonie sans Aglaé

Sidonie sans Aglaé © Guyslaine, André Joanny – Pierre Loray / ORTF

© andrea couturet
Décembre 2017

4 réactions sur “Sidonie

Les commentaires sont fermés.