Création

D’un voile de fraîcheur nue, elle se couvre.
Par érotisme voulu, par probité absolue.
Audace libre de se mouvoir dans un monde clos, presque sain :
Celui du regard lumineux d’un soir, d’un matin.

Quelque chose s’est passé.

Pour lui suggérer une source de lumière pourpre,
Un luxe de pureté fragile comme une guimauve,
Elle s’échappe d’une idée sensible, palpable,
Comme d’un rire d’enfant malade.

Il se passe quelque chose.

Elle est belle comme un songe qui se joue à demi-mot,
Se laisse ébaucher et distraire par la plume noire d’un pinceau,
S’étiole et demeure à jamais dans la mémoire de la volupté.

Quelque chose s’est passé,
Il se passe quelque chose…
… de beau !

Janvier 1988
© andrea couturet