Bérénice, Alice et Olivier

Il s’appelle LouisOlivier Louis et « pratique la reliure depuis trente ans, en amateur ».

Depuis 2015, sur son blog, il expose les reliures qu’il a réalisées au cours de toutes ces années. Mais pas seulement. Dans ses articles, il prend le temps d’expliquer avec soin et renfort de photographies le processus de fabrication d’un livre relié, lequel processus compte une série d’étapes dont vous ne pouvez imaginer le nombre ! Et je ne parle pas de reliure courante mais de reliure d’art. Lire la suite

I-grec

Ce matin, péniblement, je monte la petite côte qui mène à la gare. Bientôt, ma progression est empêchée par la présence d’une jeune fille, figée sur le trottoir – très étroit le trottoir. « Pardon ». Rien ne se passe. Je hausse légèrement la voix (il paraît que je parle doucement – ce que je confirme). « Mademoiselle, excusez-moi« . Aucune réaction. Lire la suite

Black Dolls 3. Madeleine et Léonie # 27

Acte 1 à lire ici
Acte 2 à lire

ACTE 3 (suite et fin)
Personnages. Le merle, Madeleine, Léonie et une poupée très particulière
provenant de la collection de Deborah Neff.

(Le lendemain de la visite. En cette fin d’après-midi ensoleillée, le jardin public est bercé par le souffle flexible du vent, le chant mélodieux d’un merle et le cliquetis des aiguilles à tricoter.)

LE MERLE. – ♫ Prochain départ pour le Winibus ! ♪

MADELEINE. – On n’est pas bien, là ? Les pomponnettes, la verdure, le soleil ! Et la tarte au citron de Carnets Paresseux, façon Pierre Hermé ! Tu n’as pas oublié son invitation ?

LÉONIE. – (elle reste concentrée sur son ouvrage, sans mot dire)

Lire la suite

Black Dolls 2. Madeleine et Léonie # 26

Acte 1 à lire ici

ACTE 2
Personnages. Léonie, Madeleine, L’agent de surveillance, L’Homme à la chemise de papier,
Le jeune homme à la cravate rouge, Un garçon à la bouche cousue, La fillette en combinaison orange, Dorothée et les très nombreux personnages de la collection de Deborah Neff.
La scène se passe à La Maison Rouge, boulevard de la Bastille, à Paris.

(Madeleine et Léonie sont à la recherche de leur vieille amie Dorothée. Elles arpentent séparément les salles de La Maison Rouge).

LÉONIE. – (elle singe Madeleine). « Et-cesse-de-broyer-du-noir-c’est-fatigant ». Quelle plaie cette bouffonne. Bon, on va demander à ce monsieur. (à part) Sacrebleu, c’est le portrait craché de Prof (« Heigh-ho, heigh-ho, On rentre du boulot »). Pardonnez-moi cher Monsieur. Je suis à la recherche de Dorothée. Peut-être la connaissez-vous ? (un temps). Allô ? (elle s’approche et bredouille en anglais) Douyouno Dorothy ? Elle porte une robe de soie blanche, un turban orné d’un bijou quelque peu grotesque mais d’une élégance folle et…

Lire la suite

Black Dolls 1. Madeleine et Léonie # 25

Pour Joséphine Lanesem

ACTE 1
Personnages. Léonie, Madeleine, L’agent de surveillance, La Dame à la robe brodée de perles
et tous les autres personnages captivants et saisissants de la collection de Deborah Neff.
La scène se passe à La Maison Rouge, boulevard de la Bastille, à Paris.

LÉONIE. – Les musées m’ennuient grave.

MADELEINE. – Allons, allons, cesse de faire l’enfant. La Maison Rouge est un lieu exquis, une fondation pour l’art contemporain qui, je l’espère vivement, ne fermera pas ses portes à la fin de l’année, comme on l’annonce partout. Et l’exposition Black Dolls est paraît-il exceptionnelle par la rareté des objets présentés.

LÉONIE. – Fondation, expo, art contemporain, c’est un musée, quoi. Et les musées, ça m’ennuie grave.

MADELEINE. – Vas-y, dis-le encore une fois.

LÉONIE. – Pourquoi s’acharne-t-elle à nous enlaidir de la sorte, l’Autre (« pauvre petit être qui enfle du bulbe », ah ah). C’est quoi, ces guenilles ?! Sans blague, tu as vu ta tête ?! Cette coiffe à ruban est à mourir de rire – ou d’ennui. Lire la suite

« Le sel céleste »

Espace - Mad et Léo

« Quand, au télescope, j’observe la lune, découvrant ce qu’aucune reproduction ne saurait rendre : la coprésence aussi indubitable que distante de mon corps et de l’astre, la continuité murmurée de ma chair à sa lumière. Voilà que le savoir, jusque-là modelé dans la même matière que le mythe, c’est-à-dire dans les mots et les images, se vérifie ; et je franchis la frontière entre la fiction et le réel d’un pas qui me fait le même effet que le premier pas sur la lune, entre un surplus de légèreté et une invraisemblable pesanteur où je perds l’équilibre. »

Joséphine Lanesem, Histoires d’EspaceNervures et Entailles

Décollage. Madeleine et Léonie #24

Pour Hervé Gasser
L’Homme-oiseau qui fait des collages (mais-pas-que-et-tant-mieux)

– Oh, mais je vois qu’on ne se refuse rien ! Après le costume madras, une robe de Franck Depoilly !
– Un DANDY PAS COMME LES AUTRES qui réalise des merveilles à partir d’un COCON DE PAPIER.
– Inénarrable, cette robe. A mon sens, tu devrais t’en séparer illico – à la manière de Mademoiselle Mouton-Perrat Guibrunet, par exemplece serait d’un chic ! Tu manques de souplesse et de grâce mais crois-moi, ce serait plus prudent. Je te rappelle qu’au-delà de Fahrenheit 451, le papier…
– Cette robe est ignifugée, espèce de feu follet racorni.

Lire la suite