Marcel Proust # 6

[Le Narrateur évoque le rapport très particulier que sa grand-mère entretient avec l’Art]

« En réalité, elle ne se résignait jamais à rien acheter dont on ne pût tirer un profit intellectuel, et surtout celui que nous procurent les belles choses en nous apprenant à chercher notre plaisir ailleurs que dans les satisfactions du bien-être et de la vanité. Même quand elle avait à faire à quelqu’un un cadeau dit utile, quand elle avait à donner un fauteuil, des couverts, une canne, elle les cherchait «anciens», comme si leur longue désuétude ayant effacé leur caractère d’utilité, ils paraissaient plutôt disposés pour nous raconter la vie des hommes d’autrefois que pour servir aux besoins de la nôtre. Elle eût aimé que j’eusse dans ma chambre des photographies des monuments ou des paysages les plus beaux. Lire la suite

Gérard Macé

 » Une bibliothèque est aussi vaste qu’un royaume, avec ses labyrinthes et ses forêts, ses monuments et ses lois, sa salle des trésors où le temps s’accumule. Mais c’est un royaume des morts, où des âmes errantes continuent de nous hanter comme si elles étaient encore à la recherche d’une sépulture ».

Le singe et le miroir, Gérard Macé, Le Temps qu’il fait, 1998

Biblio - Proust

Photo © andrea couturet 2018

Guillemets. Madeleine et Léonie #20

DSC00504

Dis-moi, s’introduire ainsi dans une citation, n’est-ce-pas répréhensible, à tout le moins inopportun ?
– Qu’est-ce que tu racontes ?
– Une citation de Marcel Proust ! L’un des plus grands écrivains français, si ce n’est le plus grand !
– C’EST le plus grand. Et alors ?
– Mais enfin, il s’agit de la Madeleine, le passage le plus célèbre de son magnum opus !
– Laisse ton ouvrage, reprends tes aiguilles et poursuis ton ouvrage.
– Il paraît même qu’une pétition circule sur les réseaux sociaux pour qu’il entre au Panthéon !
Lire la suite